AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

» BAD JOKES WITH SOAP BUBBLES.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

“ Invité ”



MessageSujet: » BAD JOKES WITH SOAP BUBBLES. Lun 26 Déc - 17:08

PREMIER RP DU FORUM, YOUPI TRALALA.
Cette journée te semble aussi monotone que les précédentes et c’est pourquoi tu soupires, encore, toujours. Dehors il pleut, la grisaille recouvre la tapisserie bleue du ciel et les Calandiens, chéris douillets, se nichent dans leurs maisons aux coins de cheminées et petits fourneaux… En même temps, en hiver, faut pas t’attendre à un engouement hyperactif Zadig. Voyons… Il serait temps que tu te lèves, que tu quittes ce divan, que tu cesse de contempler la fenêtre, que tu sortes de ton bureau. Car si à l’extérieur il n y a pas traces d’activités, au Château, par contre, cela grouille de vie. Lazarine a organisé une énième réception et tout le gratin y est convié, pour ne pas changer. Cela t’emmerde tellement… toutes ces personnes, leurs rires de crécelles, leurs minauderies… Ah diantre oui, cela t’emmerde.

Enfin, tu te lèves et tu quitte tes appartements. Derrière la porte, bien sûr…il y’a Mush. Ton cher protecteur, acolyte et hélas, pauvre de lui, souffre douleur. Bon, douleur est un grand mot, il aurait mieux fallut le remplacer par farces. C’est incroyable ce que tu aimes taquiner ce fidèle sujet, qui ne peut que forcer le respect avec sa patience à toute épreuve. Tu lui souris, l’œil animé par une malice fraîche. - Tu ne t’ennuies pas toi ? Moi je n’en peux plus, il faut que je fasse quelque chose.

Quand bien même tu lui aurais laissé le temps de répondre, cela revenait au même : sans convenances, tu lui empoignais la main, l’entraînant à ta suite. Dévalant l’escalier en colimaçon, coupant au travers des Ducs et Duchesses trinquant et dansant au cœur de la Cour. Tu ne les salues pas mais sourit de leur mines outrées. Tu remarques déjà la contrariété sur le visage de ta sœur, là bas, dans le fond. Elle t’en veut, c’est sûr. Mais y a-t-il un jour où elle ne te reproche rien, mh ? Encore heureux qu’il n y ait pas Dalen car cet énergumène-ci l’aurait disputé voir plus. Il se trouvait être en mission avec ses cavaliers dans le Désert Crieur, eh bien qu’il y reste, qu’il y pourrisse.

Tes pas s’accélèrent tandis que ton sourire malicieux s’étire. D’autres escaliers, quelques portes de plus et te voilà arrivé devant la Salle des Bains. L’idée d’y aller … germa on ne sait trop à quel moment. Après tout, c’est impossible de chercher à comprendre ton esprit douteux et tout ce qui en sort. Empoignant la clenche, tu te tournes un instant vers Mush. - Tu te baignes avec moi mh ? Il s’agissait plus d’une affirmation que d’une question… Certes. La porte s’ouvrit et un nuage de vapeur tiède s’insinua dans l’air. Des odeurs pastel de savon d’orange, de rose… Des bains d’eaux aux couleurs dorées… Les Bains sont vraiment le summum de la classe dans ce Château.

Enfin tu libères la main de Jiggy, lui tournant le dos pour t’approcher d’un des bassins bouillonnants, celui à l’eau couleur rubis. Penchant légèrement ta tête de biais, tu observes du coin de l’œil ton garde, commençant alors à te dévêtir. Il est vrai que tu n’as pas de pudeur, Zadig… Que n’auras tu pas fais subir à ce pauvre Mumu ?

Une fois complètement nu, tes lèvres dessinent un sourire malin et tu t’engouffre dans le bain qui, par sa mousse épaisse, eut la décence de cacher ta dite nudité, mh. – Alors Jiggy ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

“ Invité ”



MessageSujet: Re: » BAD JOKES WITH SOAP BUBBLES. Mar 27 Déc - 1:03

    J'attends encore, comme toujours en fait, et ce devant sa porte. Le Prince cadet. J'attends qu'il sorte. Comme un stalker, comme un chien, comme un nain de jardin. Comme si je ne faisais ça qu'à longueur de journée, je suis plutôt las. La mine fatiguée, le soupir naissant au fond de ma gorge. Je retiens ce soupir, ce serait irrespectueux et affreusement insolent s'il entendait ça, le protégé. Le regard droit et le corps raide, j'ai l'impression d'être un piquet inutile dans du béton. Je ne pense à rien. Je fais attention aux moindres bruits qui m'entourent, après tout, s'il devait arriver la moindre petite chose au prince, je m'en voudrais tel que je m'auto-exilerais. Je fixe le mur en face de moi. Et c'est fou comme un mur blanc est déconcentrant. Je fronce les sourcils, déconcerté par la pureté du mur. Oui, je phase sur un mur. Mais trêve de paroles inutiles, je tente vainement de me concentrer sur mes alentours. Il semble que je suis dans la lune aujourd'hui, ce n'est pas bon, pour le prince en fait. Tiens, le prince. Ça fait plusieurs heures que je l'attends devant la porte. Lazarine a organisé une festivité, comme d'habitude. J'entends d'ici les bruits résonnants dans la grande salle. On a donc quelque chose de prévu. 

    Il est sorti. Je ne sais pas si je dois m'en réjouir ou m'en plaindre. Son regard vicieux me transperce à nouveau. Il me parle. Je n'ai pas eu le temps de répondre, je dois être trop lent. Mais il me prend la main et me traîne quelque part. Nom d'une... - je pensais qu'on allait au banquet organisé. Mais apparemment, le chaton (oui le chaton!) a toujours des ressources. Il me traîne comme un sac, sa main capturant la mienne, je ne peux riposter oralement, n'ayant pas assez de vocabulaire pour m'exprimer correctement. Bien que j'en aurais dit des choses, si j'avais pu. Au cours de notre escapade, j'essaye avec volonté de me débarrasser de cette main qui tient la mienne en otage. Je ronchonne dans mon coin. Il m'emmène vers le fond. J'ai l'imZpression d'aller de plus en plus profond. Ça n'arrête pas de descendre. Y'a plus de fin. Et je frissonne comme une lopette. On traverse salle de fête. Je cache ma honte derrière mon expression  impassible. Je regarde la princesse dans le fond. Je baisse les yeux et continue de me faire traîner par mon protégé. On voit tout de suite qui est soumis à qui, couvert d'embarras en passant parmi les invités. Je baisse la tête autant que le regard. Et encore des escaliers. Je commence à me demander si l'endroit où le prince m'emmène ne serait pas les bains. Là, je crains le choix du prince, le summum de l'absurde. 

    On ne prend pas de bain avec son  garde, c'est tout simplement impensable comme idée. Mais si. C'était bien les Bains. Ahuri, il me traîne à l'intérieur après m'avoir demandé si je me baignais avec lui. Nom d'une... - une fois la porte fermée derrière nous, je le regarde. Encore sous un choc invisible. Mais en fait, il ne finit jamais de me surprendre, donc ça ne devrait pas être étonnant, sauf que moi, je ne m'y attends jamais. Il commence à se déshabiller, je tourne la tête pour la politesse et la pudeur de ce dernier. Pas une once de gêne, enfin si, mais je ne laisse pas échapper cette gêne qui monte en moi. La température chaude et la vapeur n'aidant pas, je me trouve dans une impasse. J'ai chaud et je me sens à l'étroit, jusqu'à même me sentir de trop. Alarmé et paniqué, je lance un regard de détresse au chaton. Je perds tout le temps. Et j'enlève mon haut, pour éviter de me retrouver en sueur après. 

    « Le bain. Ça ira. Prince. »
     

Revenir en haut Aller en bas

» BAD JOKES WITH SOAP BUBBLES.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calandine :: 
•• cité, belle cité ••
 :: 
๑ le château catalan ~
 :: LES SALLES :: LES BAINS
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com