AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Abyss Léane Catalan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

“ Invité ”



MessageSujet: Abyss Léane Catalan Dim 15 Jan - 17:56

CATALAN Abyss L.


«Est-on la somme de ses peurs, de ses rancunes, de ses chagrins, de ses souffrances ? Ou celle de ses étreintes, de ses abandons, de ses désirs, de ses plaisirs ? Ou les deux ?»


Abyss c'est amplement suffisant ;; 20 ans ;; Bisexuelle, parce qu'on s'en fout ;;
Mon job c'est de ne rien faire ;; Humaine ;; Royauté ;; La place la plus minable, mais plus pour longtemps...


Plus loin que les tranchées



Physique
...................................................................................................................................................................................................
Dans la vie, il y a ceux qui sont nés avec et ceux qui sont nés sans. Il y a aussi ceux qui sont nés, point à la ligne. Il y a ceux qui sont nés avec tout ce qu’il faut et ceux qui sont nés sans rien de bien. Il y a ceux qui sont nés avec du charme et ceux qui sont nés sans.
Et puis il y des filles et des garçons. Abyss est une fille, une presque femme. Elle est né avec, elle aurait pu avoir toute la panoplie, la fille un peu fade mais que tout le monde admire pour sa beauté. Elle a hérité du charme, celui qui affole, celui qui angoisse. C’est comme ça. Son physique ne lui sera jamais utile avec des gens comme les Calandiens. C’est une fille de la nuit, une fille qui fascine, mais qu’on se contente de regarder de loin, parce que c’est encore de là que sa peau luit le moins.
Derrière la barrière de sa chevelure d’ébène, qu’elle a laissé pousser au Grand Tournant de sa vie, peut-être parce cette beauté royale ressemble à une malédiction - ou peut-être, plus stupidement, pour se différencier de sa soeur aïnée -, il y a ces yeux, grands et ronds, sombres. Ses cils charbonneux semblent vouloir s’étendre vers d’autres territoires, désirent fuir.
Abyss est une lumière blanche au bout du tunnel. Elle est celle, qui, figure pâle et peau blanche vous invite à vous perdre au creux de ses bras laiteux. Peut-être pour ne plus jamais revenir. Ses pommettes sont tâchées de couleur, un rose effacé comme une marque indélébile. Son nez retroussé agit comme une carte d’identité: voilà son âge déclare-t-il. Car sous cette attitude hautaine, Abyss n’est encore qu’un débris de l’adolescence, et ses lèvres pourpres, charnues comme un fruit mûr se pressent lorsqu’Abyss se sent attaquée.
Elle n’est pas encore une adulte, elle est bloquée à cet endroit où le passage a l’air étroit. Son corps frêle, ses os fragiles, sa poitrine menue, de tout ça elle a honte. Elle n’est pas cette gamine dévastée, elle est une femme, oui, une femme. Elle s’apprête comme une reine, s’habille à la hâte. Ses robes sont d’une qualité élevée, mais ses corsets ne sont jamais bien serrés. Ses chaussures sont lustrées, mais ne sont jamais assorties. Elle a l’air tombé du lit, et ses petits cheveux frôlent son épaule comme si de rien n’était. Ingénus mais complices.

Caractère
...................................................................................................................................................................................................
Dans le noir, Abyss est elle. Elle ne veut pas devoir faire semblant d’apprécier les autres, alors qu’elle les déteste tant. Elle n’est plus une enfant, le calme s’est envolé. Pourquoi devrait-elle pleurer alors qu’elle ne ressent rien dans son petit coeur tout sec? Rien autour d’elle ne l’atteint, ne la trouble, ou si peu. Sa première ennemie, c’est bien elle. Une partie d’elle la force à se comporter d’une façon qui atténue ses troubles et son manque cruel de sensiblerie. L’autre partie est celle, froide, qui voudrait empêcher l’autre moitié de se conformiser à la société. Elle n’est pas une sage héritière aux sentiments désespérés par la mort collective de ses parents. Elle n’est pas émue, touchée, ni agréablement, ni tristement. Elle n’est, elle n’est que cette négation, voilà tout.
Elle sait qu’autour d’elle, même les gentils mentent. Elle n’est pas prête à se cacher, mais c’est ce qu’il lui reste de ses amis, ces êtres fantomatiques qui frappaient à son carreau tard le soir. Elle n’ouvre plus jamais sa fenêtre, le vent les a tous emportés, il ne reste aujourd’hui que la mort, et ces monstres damnés qui se sont ligués pour faire partie des méchants. Il était obligé qu’un monde cartésien se forme, n’est-ce pas? Les Gentils pas si gentils et les Méchants pas si méchants.
Où se placer lorsqu’on ne ressent rien? Lorsqu’on se fiche pas mal de l’avenir, du passé ou du présent? Qu’on n’a plus ni but, ni souvenirs, qu’on ne veut plus rien si ce n’est détester et haïr, apprécier et aimer, quand la seule chose qu’on désire, la seule chose qui nous manque, c’est d’éprouver une émotion?
Abyss s’est créée une carapace il y a bien longtemps, et cette coquille dure s’est emparée de sa maîtresse, pour l’engloutir tout à fait. Abyss n’a jamais été Abyss, parce qu’Abyss n’a jamais réellement existée.
Alors dès qu’elle ou quelque chose plus fort qu’elle a commencé à se lasser, puis à exécrer ces personnes autour d’elle, elle s’est dit que ce serait une bonne idée, qu’elle avait enfin quelque chose à accomplir, qu’elle n’était plus l’adolescente désœuvrée et elle est devenue experte en double-jeu. Elle n’a rien à perdre, prend tous les risques et se fiche qu’on la manipule, car elle le devine et l’ignore jusqu’à ce que les manipulations ne la servent plus et qu’elle décide de voguer selon son envie.


Habitude(s)
...................................................................................................................................................................................................
Abyss n’a d’autres habitudes que l’heure des repas. Elle n’a ni tic, ni toc. On peut considérer comme une habitude celle qu’elle a de se mettre dans des pétrins insensés ou s’enfoncer dans des mensonges à allure de poupées russes. Elle ne sort jamais lorsque le soleil est à son zénith, ou qu’il fait trop chaud car les rayons tapent Calandine.
Avant de rendre visite à un Mangeur d'Âme, elle reste figée devant son miroir, jusqu'à paraître absolument neutre. Son aura pétrifiante doit être à son apogée devant ces êtres, c'est le seul moyen de se faire respecter.
Quand elle devine qu'elle va croiser Lazarine, elle se cache. Mais, bien sûr, elle n'a pas peut d'elle...



Encore plus loin que tous les horizons


Ma vie avant aujourd'hui
...................................................................................................................................................................................................
Point de vue en contre-plongée sur la figure d’une Abyss miniature, aux cheveux nattés et aux lèvres serrées. Maman est venue la visiter, et les rumeurs ne sont pas bonnes. Abyss l’enfant réprime un frisson alors qu’elle retient ses larmes. Maman a promis que Papa viendrait lui dire au revoir, avant qu’ils ne partent en voyage. “Je te fais un petit coucou, et puis j’irai faire un autre coucou à nos sujets, tu comprends ma chérie?” Comme tout cela sonnait faux aux oreilles d’Abyss, qui frottait les paumes de ses mains entre elles. Elle aurait bien voulu aller voir Zadig, le frêle animal, mais Maman avait dit. Elle avait dit que Papa arriverait bientôt.
Elle entendit des pas près de la porte. Elle sortit de derrière le rideau où elle s’était prostrée après le départ de sa mère. Dans son dos, le soleil réchauffait ses épaules et elle éprouvait plus de plaisir encore à sentir ses mains rester froides, un tel contraste la ravissait. Derrière elle, tout ce qui pouvait être assimilé à de la chaleur et devant ses yeux, rien d’autre que l’obscurité et le noir. Rien ne pouvait mieux représenter le brouillard qu’était sa vie que ce pan de tissu qui recouvrait comme un châle protecteur l’extérieur.
“Père!” C’est Lazarine, cette peste. Elle court se poster devant la porte fermée derrière laquelle Abyss attend en silence. Ce n’est pas nouveau, cette façon qu’a Lazarine de vouloir et de s’approprier tout ces petits riens qui font qu’Abyss accepte et subit ses moqueries dans le calme. Elle se jette au coup du Roi et l’emmène par le bras vers une autre preuve de son dernier exploit. Lequel est-ce, peu importe pour Abyss. Son Père, le Roi de cette Dimension, est faible devant sa fille aînée, qui rayonne comme une lanterne chinoise alors qu’il n’a que des plaintes doucereuses à adresser à Abyss reine des Ténèbres.
Devinant qu’elle est de nouveau abandonnée à elle-même, elle trouve refuge dans son armoire. Sous les vêtements et leur parfum, Abyss s’endort, ou croit qu’elle s’est endormie. Des créatures mystiques lui rendent visite et elles ont l’air si réelles et si parfaites. C’est ce qui assure à Abyss qu’elle rêve bien, et que la réalité n’est pas présente: rien de tel n’existe dans ce monde. Un délice psychédélique l’envahit et elle écoute ces voix comme une berceuse: “abandonne-les, ils ne sont rien.” Ils scandent en coeur, formant une ronde autour de l’enfant: “sois l’une des nôtres, vois comme notre vie est douce et simple”. Ils se rapprochent, s’éloignent, en cercle. Ils dansent! Abyss, dans son sommeil, essaie d’en toucher quelques-unes. Une poupée aux dimensions monstrueuses s’approche, prend la main d’Abyss et alors que la fillette ouvre des yeux écarquillés, elle murmure, d’une voix suave: “le jour de ta naissance n’est pas encore arrivé”.
Plus elle était loin de sa sœur ou de son frère aînée, mieux Abyss se portait. Mais son nom était comme un présage néfaste, ils ne la laissaient tranquille qu’un jour ou deux, et poussaient ensuite ses nerfs à vif, et la petite fille retombait dans le puits sans fonds de sa haine. Elle se promenait peu dans les rues de Calandine. Peu mais toujours trop. Sa sœur fréquentait plus souvent les allées pavées et son attitude n’arrangeait pas ce qu’on pouvait penser d’elle.
Dalen et Lazarine était comme deux doigts d’une même main. Zadig et Abyss en étaient de même, mais sur l’autre main. Et même Abyss aurait tout fait pour son frère, sa relation avec lui n’était pas aussi gaie que celle qu’avaient Dalen et Lazarine. C’était peut-être pour ça qu’ils avaient l’approbation du Peuple malgré leurs bêtises et leurs affronts et qu’Abyss n’obtenait des gens de ses parents que de la peur et des tremblements. Elle n’était pas portée sur l’affection, et c’était simplement parce qu’elle n’en avait jamais réellement reçue. Elle se sentait comme une chose dont on ne sait plus l’utilité et qu’on relègue loin des yeux. Loin du coeur...
Sentant que le Trône de justice n’était plus assuré avec Dalen qui le convoitait si fort et Lazarine qui se serait faite Reine s’ils n’avaient pas été liés par le sang, la fillette devenue adolescente se demanda où était la vraie honnêteté. Abyss en aurait mis sa main à couper, elle n’était pas dans le futur que s’imaginaient Dalen ou Lazarine. Ils n’étaient que deux enfants gâtés, sans autre soucis que perturber l’ordre du Palais ou fomenter de mauvais coups.
C’est une nuit sans nuage qu’Abyss scella son destin.
Les sbires de Mammon l’entendirent. Son âme et son esprit ne lui étaient pas entièrement dévoués, mais lui qui voit tout n’en avait pas parlé, sous-entendant peut-être que posséder Abyss toute entière n’était pas si important, puisqu’elle faisait partie de ces rejetons dorés et que sa vie ne vaudrait plus grand-chose dans quelques temps. Abyss n’avait rien fait d’autre qu’observer, sans toutefois arriver à voir et son passage de l’Autre Côté avait été si simple qu’elle l’avait jugé cruel: où étaient les flammes du crépuscule, où était la jeune vierge du sacrifice ? Bref, pour une adolescente macabre et glauque, son « admission » au clan très fermé des Mangeurs d’Âmes avait été trop bref et manquait de ce qui lui rappelait, en quelque sorte, l’endroit qu’elle avait toujours habité: de cérémonie.
Effet écrasé d’une vue plongeant sur les corps immobiles du couple royal. Abyss ne les a pas vus juste avant le suicide. Elle ne les a pas vus juste après. C’est aux funérailles que, parée de sa robe de deuil, tremblante de rage, elle les observe, acculée. C’est une horreur. Eux, si nobles et si courageux, se donner la mort pour fuir ? Il y a peu, elle n’aurait pu le croire; mais aujourd’hui c’est différent. Elle n’éprouve rien face à ces deux macchabés. Qu’ils aient été, par le passé, des parents absents mais aimants n’y changeait rien: ils avaient abandonné.
Elle croisa le regard de Lazarine, qui versait des larmes. Vraies ou fausses, Abyss l’imita rapidement, se souvenant de la bienséance et des chuchotements qui circulaient déjà bien assez sur son dos. Certains disaient qu’elle avait été la cause de la disparition du Roi et de sa femme. Si cela l’avait touchée, ces médisances auraient correctement atteint leur but. Mais Abyss était de marbre et rien, ou presque, ne pouvait maintenant la tordre de douleur. Elle était devenue allergique aux sentiments, bons ou mauvais. Ressentir quelque chose, éprouver de la douleur, de l’amour, c’était mourir.


Aujourd'hui
...................................................................................................................................................................................................
Aujourd’hui, Abyss est plus sombre et froide que jamais. Ses rêves ne la quittent plus et font partie intégrante de son quotidien. Ils savent ce qu’elle doit dire à Jester, à Deadly, ces personnages différents, qui ont changé, sans doute. Elle savoure en secret les ambitions qu’elle tire du malheur de Dalen et Lazarine. Elle se pare du masque de la femme-adolescente et les injure, car cette violence rengainée ne peut plus se cacher. Elle trouve du plaisir à tordre tous les plans des Catalans pour exterminer cette race à laquelle elle se sent désormais plus proche. De toute façon, tout vaut mieux que Dalen au Trône, elle en est certaine. Et s’il faut agir par la Terreur et le Désespoir, elle ne pourrait pas jeter la première pierre. Son amertume est plus poussée que jamais et son désir de vengeance s’accroit comme le mépris de Lazarine.
Dans les livres terriens, elle découvre une civilisation ravagée par les horreurs de la nature humaine. Rien n’est mieux que nulle part, finalement. Le Temps dévoile toutes les blessures, tous les défauts de fabrication et Anatole n’était rien d’autre qu’un égocentrique ou un espèce d’excentrique sans plan construit. Calandine a besoin d’une poigne de fer, pour devenir quelque chose de différent, quelque chose de nouveau. Car rien ne pourra jamais être pareil, maintenant. Chacun est forcé de choisir un camp et la neutrale passivité d’Abyss n’est qu’un stratagème qui ne durera pas éternellement. Est-ce pour cela que ses bévues entourant son attachement aux Noirs et Cruels Mangeurs d’Âmes se font de plus en plus fréquentes?
Dalen n’a jamais été si proche du Trône et il n’en a jamais été plus loin qu’auparavant. Tout va disparaître dans si peu de temps. Abyss pourrait le compter sur ses doigts. Et elle s’est résolue: si elle devait faire partie des dommages collatéraux, elle ne voudrait rien regretter et tout faire pour assouvir ses envies et ses besoins. Et si on se dit qu’elle serait plus utile autre part, et bien elle sera autre part, attendant son Destin comme on attend d’un bourgeon qui se déploie. Si on lui laisse la vie sauve, elle s’entêtera à renverser le Pouvoir, après tout, ses alliés sont plus puissants que jamais et dans son sang coule du sang bleu. C’est peut-être l’une des chose qui pourrait lui sauver la vie et, paradoxalement, la chose qui ne lui a jamais fait plus honte qu’aujourd’hui.

Famille
...................................................................................................................................................................................................
Dalen: le frère le plus immonde de la Création aux yeux d’Abyss. Son second prénom, Nero, encourage Abyss dans sa haine. Dans les livres terriens, Néron était un homme tyrannique aux pratiques répugnantes. Abyss ne peut s’empêcher de l’insulter dans sa barbe lorsqu’il passe près d’elle au palais.

Lazarine: d’abord la couche de la jalousie, première fille, attendue et chérie, désirée. Jamais Abyss n’avait entendu ses parents quémander Lazarine pour savoir ce qu’il se passait dans sa vie, car, bien sûr, rien n’allait de travers chez Lazarine. Et puis la jalousie de Lazarine, qui avait pourtant toujours eu l’approbation de ses parents, bien plus qu’Abyss n’a jamais réçu d’affection de leur part. Ensuite, caché profondément, ces moqueries blessantes, cette méchanceté gratuite qui poussa Abyss a la haïr comme elle haïssait son frère aîné. Mais contrairement à Dalen, depuis la mort de ses parents, Lazarine ne cache pas ses sentiments et Abyss sait qu’il ne fait pas bon vivre près d’elle, car elle sait mieux que quiconque ce que cela attire.

Zadig: dans une famille si noire, aux histoires si sombres, comment ne pas être gangrené? Abyss s’est vue sauvé en étant la complice des Mangeurs d’Âmes, qu’elle ne jugeait pas aussi méchants que les Gentils. Les deux camps battaient pour des choses différentes, mais acceptaient la bataille de bon coeur. Zadig était la personne la plus chère au coeur d’Abyss, le seul à la faire rire, même si cela arrivait de plus en plus rarement. Elle n’était jamais lassée de lui et l’écoutait sans répit, car il vivait des choses qu’on pouvait raconter aisément, et qu’il était le Chef des Enchantés et qu’elle n’était qu’un pauvre, certes la plus célèbre, sbire des Mangeurs d’Âmes. Elle admire son petit frère.



Bien moins loin que les abîmes



Clone vivant dans le corps d'une lycéenne de première es abibac alternant entre ses cours, un emploi au mcdo du coin, des cours de conduite, les cours de rock acro, les séances de cinéma, le sommeil, l'achat compulsif de tee-shirt et les soirées. Mais moi ça va, je ne suis qu'un clone, je passe tout mon temps sur le net entre les séries et le rp. J'aime tout ce qui est flou et neutre, alors ça doit influencer sur mon écriture... Soyez à l'affut du moindre paragraphe qui a un lien avec un livre, un film, une symbolique, hihi ♥
    CODE s'iou plaît : {Validé par Jes'.} (mais pas à manger alors, juste regarder!)




Dernière édition par Abyss L. Catalan le Lun 16 Jan - 22:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jester Sullyvan


♠.♣.♠.♣.♠.♣.♠.♣.♠.♣.♠.
Age & Orientation ::.
: 27 ans - Touche à tout
Autre(s) Compte(s) ? ::.
: Je me suffis à moi-même.
Autre chose ? ::.
:


MessageSujet: Re: Abyss Léane Catalan Lun 16 Jan - 4:39

Alors pour commencer, bienvenue parmi nous Lazarine. o/

Ensuite, si tu pouvais t'arranger pour prendre la fiche que nous avons créée, ce s'rait cool, à moins que tu ne préfères nous déballer un code de ton cru. Mais si non, insérer le code tout prêt ne te prendra pas longtemps et ça me fera plaisir. Double combo ultime, en somme.

En ce qui concerne ta fiche, tu m'avais prévenu, c'est assez peu. Certes, le personnage semble bien cerné dans son ensemble mais j'apprécierai que tu développes encore au moins l'histoire à défaut des deux autres parties, que l'on n'est pas l'impression de survoler une livre de cent pages en cinq minutes. Certes, les éléments essentiels sont là mais ce n'est jamais désagréable de les voir narrés avec plus de précisions. Certains forum sont contre les fiches trop longues ou excédant la vingtaine de ligne mais pour ma part j'adore découvrir les fiches des membres pour mieux cerner leur style et leurs habilités et c'est en parti l'une des raisons qui me pousse à te demander de faire encore un petit effort de ce côté là.

Une dernière chose : ce forum est à la base né du concept de Sleeping Cat qui s'est barouté je n'sais où sans me prévenir. Je le contacterai demain pour le prévenir que l'un des prédéfinis est prêt à être joué afin qu'il vienne aussi donner son avis et ses conseils si besoin est.

En te souhaitant encore la bienvenue et en espérant pouvoir te voir Rp sous peu. :)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
« Now dance, fucker, dance ! »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

“ Invité ”



MessageSujet: Re: Abyss Léane Catalan Lun 16 Jan - 22:15

Voilou ♥

J'ai étoffé l'histoire un (tout petit) peu plus, je suis trop pressée pour faire davantage, j'espère que ça te conviendra!

J'ai essayé de pas toucher au code, niveau présentation je suis un peu comme Abyss: plus c'est austère, plus je kiffe >_< (Double combo ultime? 8D)

J'ai reçu un mp de Sleeping Cat et il t'approuvera, hihi.

(Lazarine? LAZARINE? *s'étouffe*)

En espèrant que je PEUX BIENTÔT RP§ (:
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jester Sullyvan


♠.♣.♠.♣.♠.♣.♠.♣.♠.♣.♠.
Age & Orientation ::.
: 27 ans - Touche à tout
Autre(s) Compte(s) ? ::.
: Je me suffis à moi-même.
Autre chose ? ::.
:


MessageSujet: Re: Abyss Léane Catalan Lun 16 Jan - 22:19

Gosh, Abyss, désolé. J'ai posté ça tard et j'ai terminé sur ta description de la relation avec Lazarine d'où le lapsus. TOUTES MES CONFUSES.

Et Sleepy fait chier, j'aurais bien aimé son avis. M'enfin bref. Moi ça me va, puis t'as l'air motivée donc je vais pas te freiner plus longtemps. Welcome in da family, baby. o/

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
« Now dance, fucker, dance ! »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


“ Contenu sponsorisé ”



MessageSujet: Re: Abyss Léane Catalan

Revenir en haut Aller en bas

Abyss Léane Catalan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Calandine :: 
•• parmi nous ••
 :: 
± Chiche ; je m'affiche ! ::.
 :: OH YEAH !
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit